Un chantier pharaonique pour la petite commune du val de Saône.

C’est un chantier, comme rarement Boz n’en a connu !
Depuis quelques mois, l’usine de production d’eau potable distribuée sur le secteur est en cours de modernisation.
C’est le Syndicat Intercommunal des eaux de Basse-Reyssouze qui est le maitre d’ouvrage de l’opération. Il alimente en eau potable pas moins de 25 communes de la région.
A partir de puits installés dans la nappe alluviale de la Saône, à Asnières-sur-Saône, les eaux brutes sont acheminées vers une usine de traitement, située dans le bourg de Boz , par une conduite de 40 centimètres de diamètre.
Le chantier est constitué de bâtiments imposants de plus de 10 mètres de haut.

Rencontre avec Didier Jaffre, de la société SAFEGE, maitre d’œuvre du chantier :
« L’usine de traitement actuelle est un équipement dont les premiers ouvrages remontent aux années 60. Elle délivre une eau traitée conforme à la réglementation. Elle n’en est pas moins devenue vétuste avec les années. L’usine actuelle est bruyante. Elle ne dispose pas de traitement des rejets, les « boues rouges », comme les appellent les habitants, sont renvoyés dans les fossés. L’usine est par ailleurs peu automatisée, nécessitant le lavage manuel des filtres. Elle est, en outre, peu sécurisée pour ce qui concerne les accès aux ouvrages. Elle présente également à certains endroits des dégradations importantes.
Le syndicat de distribution a donc décidé de la moderniser et nous a confié la maitrise d’œuvre du chantier. Le programme de travaux prévoit la mise en œuvre d’une filière de traitement de potabilisation entièrement neuve. Le traitement vise principalement l’élimination du fer, du manganèse et de l’arsenic. La nouvelle usine offrira une capacité de potabilisation de l’eau de 400 m3/heure contre 270 m3 actuellement. Elle fonctionnera 16h15 par jour en service normal, ce qui équivaut à la distribution de 6500 m3 /jour, cette durée pouvant être portée à 22h30/jour pour 9000 m3 en cas exceptionnels. Actuellement le volume autorisé est de 4000 m3. Le mode de potabilisation de l’eau restera le même. La principale modification viendra du traitement des déchets qui seront déshydratés et évacués.»

Le coût et la présentation du syndicat.

C’est le Syndicat Intercommunal de distribution d’Eau de la Basse Reyssouze qui assure la maîtrise d’ouvrage du chantier.
Regroupant 25 communes de Vésines à Curciat-Dongalon, il assure la distribution de l’eau potable à 8700 abonnés soit à plus de 16 000 habitants (source INSEE 2008). Le réseau mesurant quant à lui 485 km. Cela situe l’importance de la station de traitement de Boz.
« Il fallait absolument moderniser cette usine. Les nouvelles installations permettront le traitement et l’élimination des boues, La SAUR délégataire travaillera dans de meilleures conditions. Les travaux ont débuté en février 2015 après une longue phase d’études et de demandes d’autorisations diverses.» précise Annie Vanzo, la présidente du syndicat.
« C’est un chantier d’envergure, le montant total des travaux est de 3.190.070€ HT. Nous bénéficions d’une subvention de 1.000.000€ HT du Conseil Départemental et de 1.668.287€ HT de l’Agence de l’eau.
La fin des travaux est prévue pour Avril 2016, ensuite ce sera la mise en service avec une phase d’essais et de contrôle divers. A l’issue, et toutes les autorisations ayant été délivrées, la filière de potabilisation actuelle sera arrêtée, certaines installations seront détruites (locaux, filtres , ozoneur, pulsateur, etc) Seul le stockage-pompage sera conservé.
Actuellement le planning est respecté et dans le deuxième semestre 2016, l’eau sera traitée dans la nouvelle station.
Une visite des installations pourra être organisée, au cours d’une journée “portes ouvertes” pour les personnes intéressées.»

Partagez...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter