Il est des repères que les anciens habitants de Boz avaient l’habitude d’observer  pour définir la montée des eaux de la Saône.
Parmi eux, on cite souvent le vieux frêne du Port Celet. Cet arbre se situe juste à la hauteur du bâtiment bordant la rivière et sert de jauge.
Jadis, on entendait souvent à la question : ” Saône monte ?”, la réponse suivante : “Elle est au frêne !”
Cet arbre a la particularité d’être traversé de part en part par un gros câble métallique. Il s’agit de la traille qui guidait la plate.
Pour traverser la Saône, les habitants de Boz ne faisaient pas le détour par le pont de Fleurville ou de Saint Laurent. Le passeur, dont la maison du Port Celet domine la rivière et ses crues, assurait la traversée sur un radeau plat guidé par la traille, un câble métallique. La traille était attachée au tronc du frêne. La plate transportait passagers, animaux et voitures.
Le tronc du vieux frêne a depuis gobé la traille….puis une chaîne et un poteau de clôture !
A la mi-janvier, la Saône arrive au frêne…On est encore loin de la crue de 1955 et encore plus de celle, historique, de 1840.

Partagez...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter