Suite à l’incendie de la porcherie désaffectée, le site n’a pas été remis en état.
La commune craint une pollution de l’espace protégé.

C’est en 1977, qu’a été signé un bail emphytéotique de 50 ans entre la société Bopré et la commune de Boz, pour la construction d’une porcherie. La commune restant propriétaire du terrain et la société de la construction.
Depuis 2010, ce bail a été cédé à la SCI De Monnet La Ville, basée à Toulon (Var).

Le 10 juin dernier, un incendie de grande ampleur, nécessitant l’intervention de cinq centres de secours et d’une entreprise de travaux public, dévastait la porcherie, désaffectée depuis deux ans.
Le directeur régional, avait alors affirmé que le site serait nettoyé dans les deux mois.
Trois mois après, rien n’ayant été fait, Monique Joubert-Laurencin, maire de la commune se bat pour faire déblayer ce qu’il reste des bâtiments sinistrés.
“J’ai envoyé à la SCI propriétaire de la porcherie, une mise en demeure, par voie d’huissier, celle-ci a été portée mi-septembre.
Début Octobre, la situation n’ayant pas évolué, j’ai averti l’Agence Régionale de Santé (ARS), le conseil départemental, le préfet, le sénateur et le conseiller départemental. Le bâtiment se situe sur une zone naturelle protégée et contient de l’amiante dans les murs et la toiture. Nous craignons une pollution du site qui est classé “Espace Naturel Sensible” par le Conseil Départemental.
Depuis le 15 octobre, la situation a quelque peu avancé puisque le site a été sécurisé par une clôture, mais en aucun cas je n’ai été contactée par qui que ce soit. Les ruines sont toujours là et offrent un spectacle de désolation que ni moi, ni mes administrés, ni les habitants des communes avoisinantes ne pouvons supporter ”

Ce lundi matin, le député Xavier Breton est venu sur les lieux pour constater les dégâts.
” Je souhaite apporter aide et soutien aux élus locaux, je contacterai dès cet après-midi l’ARS pour sensibiliser ses services quant à l’urgence de la situation. Je contacterais aussi le préfet. On ne peut pas laisser la situation en l’état. L’idéal, serait d’obtenir un calendrier et de s’y tenir”
J’ai visité le site naturel des Oignons et il est vrai que la promiscuité du sinistre et de cet espace protégé pose un réel problème.”

L’avis de Marc Borrel, animateur nature du site.

“Je ne suis pas un spécialiste es-amiante et je ne sais pas si il existe des risques pour les visiteurs du site, mais je peux dire que la pollution visuelle existe bel et bien.
Depuis le sinistre, j’ai quelques scrupules à emmener les enfants et les touristes sur un site, pourtant classé “Espace Naturel Sensible” par le conseil départemental. La première chose que l’on voit en arrivant ce sont ces ruines.
Le site recèle des espèces animales et végétales rares, il est très intéressant. Il est géré par le Conservatoire d’espaces naturels Rhône-Alpes qui œuvre pour une préservation de la biodiversité. Ce n’est pas compatible avec ce qu’il reste de la porcherie.
Il faut vraiment que le lieu soit remis en état rapidement et les déchets évacués si nous voulons rester crédibles avec nos orientations touristiques et pédagogiques”

Partagez...Share on Facebook0Share on Google+0Tweet about this on Twitter